Hà Nội // Chapitre premier

En guise de chapitre premier, j’aimerais vous parler de mes premières découvertes lors de mon séjour au Việt Nam…

J’ai choisi de commencer mes travaux à Hà Nội par un passage à la Bibliothèque Nationale du Việt Nam, dans ce grand bâtiment d’architecture coloniale construit en 1917. Par chance, j’ai pu consulter assez rapidement les quelques documents qui m’intéressaient. La bibliothèque contient un nombre important d’ouvrages en vietnamien, et en anglais ; mais il faut savoir, amis chercheurs, qu’il s’y trouvent de nombreux documents d’époque coloniale qui sont restés dans les fonds de la bibliothèque.

À ce titre, j’ai pris connaissance de deux notices de renseignements généraux sur la province de Lào Cai. La contrebande de l’opium que j’étudie s’inscrit avant tout dans un territoire qui lui est propre, souvent frontalier. J’ai choisi la province de Lào Cai car elle offre un observatoire privilégié de ce phénomène. Les deux notices datent respectivement de 1928 et 1930. L’auteur n’est pas précisé, mais l’objectif est d’informer les administrateurs sur l’histoire et les potentialités économique de la province, mais aussi de faire un inventaire de l’ensemble des espaces, et des populations qui l’habitent, afin de mieux comprendre la région pour mieux l’administrer. L’occupation de la province et le début effectif de son administration date pourtant de 1886, il parait donc curieux que de telles notices soient commandées si tardivement. En fait, si l’on s’intéresse de plus près à l’histoire politique de cette marche frontière, l’on se rend rapidement compte que le contrôle effectif du pouvoir colonial est relativement faible. Mis à part le chef-lieu, l’ensemble de la province reste difficile d’accès, notamment en raison du relief important. Du coup, l’administration a rencontré de nombreux problèmes, telles que le banditisme transfrontalier chronique, les reflux des événements politiques du voisin chinois, mais aussi la contrebande, entre autres.

En matière d’opium, la contrebande transfrontalière est plus active que jamais en 1930, en dépit des nombreux efforts engagés par le Gouvernement Général et l’Administration des Douanes et Régies pour réprimer activement la fraude. La culture du pavot en Chine, que le Gouvernement de Nankin a déclaré officiellement ne plus être pratiqué sur le territoire chinois, « est et demeurera longtemps, car il n’existera pas de sitôt de gouvernement local assez fort pour l’interdire, la principale source de revenus du Yunnan »*. Le Tonkin offrant un débouché commercial et un point de passage plus pratique pour les trafiquants, la contrebande s’écoule donc par la frontière vers le delta du Fleuve Rouge. Mais cela arrange aussi l’Administration qui peut alors justifier des achats d’opium chinois afin de concurrencer la contrebande — en dépit des Accords internationaux de Genève de 1926 — et d’assurer un des piliers économiques du Gouvernement Général.

He Junchang

Les notices étaient également particulièrement intéressantes pour moi concernant l’avant-présence française à Lào Cai, puisqu’elles apportent des éléments concernant un certain He Junchang, ou Ho-Quan-Xuong. Dans un contexte de révoltes dans la région de Lào Cai au début des années 1860 et sur lequel le gouvernement impérial n’avait aucun contrôle, ce commerçant chinois s’est imposé comme Chef de la province, et a tenté de garder le commerce de « l’opium du Yunnan fluide et rentable », pour reprendre les termes de l’historien Bradley C. Davis**. Il a alors mis en place une milice privée et recruté des hommes parmi les communautés Tai dans les collines alentours de Lào Cai. Il a aussi fait construire une importante muraille en pisé avec des blockhaus. Il permit ainsi au commerce de l’opium de continuer à prospérer ; et en retour, il prélevait une taxe qui lui permettait de financer son armée privée. Déjà à ce moment l’opium jouait un rôle essentiel pour Lào Cai.

Je publierai prochainement un état des lieux sur le Fonds d’Archives de la Résidence de Lào Cai — particulièrement riche — consultable au Centre n°1 des Archives Nationales à Hà Nội, qui ne contient pratiquement que des cartons se rapportants aux jugements criminels prononcés par les trois Tribunaux de la Province de Lào Cai. De plus, ces jugements ne concernent essentiellement que des affaires de contrebande de l’opium… une aubaine !

*National Library of Viet Nam, M10360, Notice sur la province de Lao-Kay, 1930.

** Bradley C. DAVIS, Imperial Bandits. Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Seattle et Londres, University of Washington Press, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.