Archives de catégorie : Lào Cai

Lào Cai // Intermède

Ce week end, je me suis rendu pour la première fois de mon séjour à Lào Cai. Quelle curieuse impression de connaître nombre d’histoires qui se sont produites dans cette petite ville ! Ce fut particulièrement étrange pour moi de parcourir les rues et d’en connaître les anciens noms, de repérer les emplacements des anciens bâtiments, dont il ne reste plus rien aujourd’hui, mais surtout, de me souvenir de petites histoires anecdotiques de contrebande d’opium à des places qui me sont aujourd’hui bien connues.

Cependant, je ressentis une certaine amertume, moi qui imaginait l’effervescence commerciale décrite dans les sources et illustrée par quelques photographies du début du XXe siècle. Aujourd’hui — peut-être parce que je suis venu un dimanche — je n’ai pas retrouvé cette énergie, cette vivacité de la ville dont la signification du nom lui-même est marquée par cette histoire commerciale. « Lào Cai » n’était pas le nom donné par les vietnamiens, qui nommaient la bourgade « Bảo Thắng », mais celui donné par les marchands chinois, qui lui ont donné le nom de Lào Cai (老街), qui signifie en mandarin « vieux marché ». Ce nom a été repris par les Français dès leur arrivée en 1886, c’est dire si l’histoire de la ville est marquée par cette effervescence commerciale !

L’emplacement de la ville n’y était sans doute pas pour rien. Lào Cai est en effet situé à la lisière du territoire vietnamien, en frontière directe avec la Chine. La ville présentait alors le caractère paradoxal de ville frontière, à la fois à la marge du pays, mais en même temps au cœur d’un immense réseau d’échanges et d’un maelström culturel, un carrefour et un lieu de rencontres. Elle est traversée par le Fleuve Rouge ou Sông Hồng, en liaison directe avec Hà Nội et le coeur du Yunnan chinois. Le fleuve est rejoint par l’affluent du Nam Ti, qui trace la frontière avec la Chine. Lào Cai se situe exactement à cet emplacement, qui constituait une étape pour l’ensemble des embarcations qui prenaient la voie fluviale dans un but commercial. Mais Lào Cai constituait aussi une étape pour les caravanes terrestres venant du Yunnan. Et le chemin de fer du Yunnan construit au début des années 1900 a contribué à intensifier davantage encore les échanges par Lào Cai.

Cette position a très rapidement été choisie par l’Administration pour intercepter le commerce, notamment celui de l’opium, dont la production au Yunnan voisin était alors en plein essor. Lors de la mise en place de la Régie directe en 1893, il s’agissait alors de se fournir en opium chinois, d’assez bonne qualité, et moins cher que l’opium de Bénarès (Inde). Une maison de commerce fut donc installée à Lào Cai dès 1894 afin d’intercepter l’opium se présentant à la frontière. Le commissionnaire Alcide Bleton bénéficiait de l’exploitation et de la gestion des entrepôts ainsi installés afin d’acheter l’opium du Yunnan, pour le compte de la Régie. Je vais vous épargner l’histoire de ce personnage — ma foi passionnante —, mais pour être bref, il n’a pas facilité les opérations du monopole en Indochine car il a immobilisé les transactions commerciales avec les tenants du commerce de l’opium au Yunnan. Les conséquences ont été que les tarifs d’achats de l’opium ont augmenté et la contrebande frontalière s’est intensifiée.

La différence des tarifs pratiqués de part et d’autre de la frontière en matière d’opium a entrainé assez logiquement les tenants du commerce de l’opium en Chine à se tourner vers leurs réseaux de distribution existants bien avant l’arrivée des Français. Les Chinois avaient alors la mainmise sur la production, sur la transformation de l’opium, sur le transport par des contrebandiers, eux aussi chinois, et enfin la vente et la consommation par et pour des Chinois, avec de sérieux bénéfices aux dépens de la Régie.

La ville de Lào Cai, en dépit d’une présence douanière forte dans le centre urbain, a été le théâtre de cette contrebande. Certains lieux sont ainsi porteurs de formidables histoires de fraude en matière d’opium, à l’instar de la gare de Lào Cai, ou du pont du Nam-Ti construit au début du XXe siècle entre autres. Ce pont permettait de faciliter les échanges avec le voisin chinois ; il supportait alors le chemin de fer Yunnan. Un poste de douanes a donc très logiquement été placé juste à l’entrée du pont, afin de contrôler les allées et venues. Le pont a été détruit à plusieurs reprises, mais l’emplacement est resté le même jusqu’à aujourd’hui. Je vous présente ci-dessous deux photographies de cet emplacement, l’une datant de 1906, au moment où la construction de la voie de chemin de fer s’achève à Lào Cai ; et l’autre que j’ai prise moi-même ce dimanche…

Edgard Imbert, La ville de Lao Kay au début du XXe siècle, ECPAD.

TC, Lào Cai, 2017.

Je pourrais vous raconter nombre d’anecdotes en matière de contrebande par ce point de passage, en dépit de la présence des douaniers. Aussi, j’ai choisi de n’en raconter qu’une seule, mais assez distrayante !

Je vous retranscris ci-dessous un extrait du procès-verbal dressé contre une femme le 23 juillet 1922 : « Certifions que ce jours à cinq heures quarante cinq minutes à l’ouverture du pont, la visiteuse Trân thi Thôn [numéro de matricule] 9363 de service au pont, fit entrer à la salle de visite une femme chinoise venant de Ho-Kéou* (Chine), procéda sur elle à une visite corporelle qui resta sans résultat. Cette femme en entrant dans la salle de visite, tenait à la main un grand chapeau chinois en écorce et appuya ce chapeau contre la banquette, avons pris ce chapeau, le trouvant très lourd, avons fait enlever la coiffe intérieur et avons trouvé trois boyaux contenant de l’opium préparé. Pesé l’opium en présence de la délinquante avons reconnu un poids net de Un kilo cinq cents grammes.

Interrogée la délinquante sur la provenance de l’opium préparé, trouvé dans son chapeau, elle nous dit être venue à Ho Kéou pour chercher un emploi, n’en ayant pas trouvé, elle se disposait à retourner à Hali (Haïphong) d’où elle venait, lorsqu’une femme chinoise vint la trouver et lui demanda si elle était consentante de porter jusqu’à Haïphong, un chapeau chinois en écorces dans lequel, elle avait cachée de l’opium préparé et quelle [sic] même se rendait à Haiphong et à leur arrivée, elle lui donnerait quelques piastres pour l’indemniser, nous lui avons demandé qui était cette femme qui se servait d’elle pour le transport de l’opium elle nous dit ne pas la connaître et qu’elle ignorait à qui l’opium était destiné […]**. »

J’ai eu la chance de pouvoir lire un nombre assez important d’histoires de ce type, provenant du fonds de la Résidence de Lào Cai. Je vous passe l’analyse de cette source merveilleuse mais elle pose évidemment un certain nombre de questions, comme le fait qu’il semble davantage s’agir d’une « mule » qu’une réelle trafiquante, qui ne semble pas connaître réellement ni l’expéditeur de la drogue, ni le destinataire, et qui bénéficie d’un salaire pour ce transport. Ensuite, la date du procès-verbal, qui démontre bien que la fraude est très loin d’être éradiquée par l’Administration, étant donné qu’il existe de nombreux cas similaires. De plus, le contexte de la Guerre civile en Chine a à ce moment là considérablement relancé la production de l’opium au Yunnan, et l’action énergique du Gouvernement de Chen Jiongming au Guangdong sur le plan de la répression du trafic et de la consommation***, a entrainé un redéploiement de la contrebande par la frontière avec le Tonkin. Enfin, il ne faut pas écarter le fait que la jeune femme aurait très bien pu passer entre les mailles du filet de par sa stratégie évoluée de dissimulation de la drogue, et qu’il existe certainement un nombre plus important de contrebandiers passant par le pont, que ceux qui sont réellement appréhendés par les douaniers… En bref, autant de problèmes qui me permettent de progresser dans ma réflexion. Je suis ouvert à toute suggestion si vous pensez à d’autres aspects que je n’ai pas abordé !

Ce passage à Lào Cai m’a enfin permis de me rendre véritablement compte des possibilités en matière de contrebande, notamment l’accès aux berges le long de la rivière Nam-Ti, par lesquelles nombre de cargaisons illégales ont été débarquées, sans parler des montagnes très densément boisées aux abords de la rivière et de la ville, qui permettaient aisément de se cacher des autorités…

*Il s’agit de la ville située directement en face de Lào Cai, que l’on rejoint par le pont.

**Archives Nationales du Việt Nam, Fonds de la Résidence de Lào Cai.

***À ce sujet, voir Xavier Paulès, Histoire d’une drogue en sursis, L’opium à Canton, 1906-1936, Paris, éditions EHESS, 2010.