Colloque international // Fraudes, frontières et territoires

Les 22 et 23 novembre se tiendra le colloque international Fraudes, frontières et territoires. J’aurai l’immense privilège d’y communiquer une partie de mes travaux et récentes découvertes ! J’y aborderai les logiques de la fraude de l’opium dans la province frontière de Lào Cai, et les réponses concrètes apportées par les Français. Et bien sûr l’étrange paradoxe d’une intégration progressive de la province comme facteur de l’intensification de la contrebande internationale. Je n’en dis pas plus pour l’instant !

Le programme est disponible ici . Et pour plus d’informations, c’est par ! Ceux qui souhaitent assister au colloque doivent s’inscrire sur ce même site.

Hà Nội // Chapitre 2

C’est déjà le retour pour moi, après mon séjour de recherches à Hà Nội particulièrement fructueux au Centre n°1 des Archives Nationales ! Malgré mes appréhensions au début, j’ai eu accès à (presque) l’ensemble des cartons que je souhaitais consulter. Je me suis focalisé sur trois fonds : celui de la Résidence Supérieure au Tonkin, celui de la Résidence de Lào Cai, et celui de la Compagnie française des Chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan.

Le fonds de la RST

Il s’agit d’un fonds particulièrement conséquent : près de 86145 dossiers et 803 cartons. Les compétences de la Résidence Supérieure au Tonkin étaient très vastes : tutelle de l’administration vietnamienne, pouvoirs de police, gestion des budgets, entrée de l’impôt, répartition des crédits pour les provinces locales, etc…

Concernant Lào Cai, j’ai eu la chance de consulter un nombre assez important de cartons se rapportant au choix de l’administration de la province vers un régime civil, au milieu de territoires sous contrôle militaire. Il s’agit en effet d’un cas à part, puisque la province est placée sous administration civile dès 1907. Avec Lạng Sơn, ce sont les seules provinces du nord du Tonkin à bénéficier de ce régime administratif, en raison des difficultés pour les autorités coloniales de contrôler une vaste région montagneuse, difficile d’accès, et criminogène. Ce passage vers une administration civile n’est pas sans susciter d’importants débats entre les services militaires, la Résidence supérieure et le Gouvernement Général. Ce choix de placer Lào Cai sous le régime civil s’explique par une volonté d’intégrer davantage la province au pouvoir central, faciliter les échanges commerciaux avec le voisin chinois, et surtout d’afficher un certain contrôle de la situation pour des autorités coloniales malmenées par le banditisme transfrontalier et la contrebande.

Ce ne sont évidement pas les seuls dossiers sur lesquels je me suis penché, mais ils permettent de bien comprendre le cadre spécifique de la province du point de vue de sa gestion administrative et judiciaire.

Il existe également de nombreux rapports économiques classés par années et qui renseignent sur la situation commerciale, le niveau de richesse des habitants, l’état des récoltes, des éventuelles maladies affectant les hommes et/ou les animaux d’élevage, des droits de douane, etc… Ces données permettent de se faire une idée plus précise du contexte économique de la province. Ces renseignements se retrouvent également dans des dossiers comportant des notices générales sur la province. Deux d’entre elles sont exactement similaires avec celles consultées à la Bibliothèque Nationale mentionnées précédemment !

Enfin, quelques dossiers se concentrent sur le cas de la Régie de l’opium au Tonkin et de la contrebande dans les différentes provinces. Les informations sont éparses mais très denses, en dépit du peu de dossiers disponibles. J’ai eu la chance de tomber sur des rapports inédits suivis de discussions entre l’administration militaire et l’administration civile au moment de basculement vers un régime civil en 1906-1907. Le problème de la corruption est également largement traité.

Le fonds de la Résidence de Lào Cai

Il s’agissait du fonds d’archives pour lequel j’avais le plus d’attentes, étant donné qu’il regroupe principalement que des documents issus des Tribunaux de la province de Lào Cai. Par chance, il s’est avéré être bien plus riche que prévu ! Il ne compte que 130 dossiers. J’ai donc pu consulter quasiment TOUT le fonds. Cela m’a permis de me faire une idée sur les sources à disposition et des manquements. Certaines années possèdent plus de données que d’autres, moins détaillées, ce qui ne signifie pas forcément une baisse d’activité de la part des services administratifs ou une baisse de régime de la contrebande, mais il s’agit simplement d’un trou, de cartons disparus ou d’archives jamais répertoriées.

Néanmoins, sur l’ensemble des dossiers disponibles, une très grande part concerne directement la répression de la contrebande de l’opium. L’un des tribunaux pour lequel nous avons le plus de dossiers est le Tribunal de Paix à Compétence Étendue de Lào Cai. Il s’agit justement du Tribunal prenant en charge l’ensemble des cas de contrebande de la province. Deux types de sources ont été produites :

1) Les registres

Les registres sont très nombreux. Il s’agit de listes de prisonniers provenant de la prison provinciale, de listes des condamnations du Tribunal de Paix (les « rôles d’audience »), de listes diverses. Par chance, il en existe trois provenant de ce tribunal, particulièrement denses. En les croisant entre elles, j’ai pu constituer un fichier source de 1500 lignes de toutes les condamnations en matière de contrebande de l’opium dans la province de Lào Cai entre 1903 et 1934. Cette découverte est une véritable aubaine pour moi, puisque je vais pouvoir pour la première fois quantifier avec des chiffres la contrebande de l’opium. Le tout en faisant attention aux interprétations trop hâtives bien entendu, puisque la statistique judiciaire renseigne certainement plus sur l’administration qui la produit que sur la criminalité en elle-même*. Par exemple, en 1928 est mise en place une Brigade Spéciale chargée de réprimer vigoureusement la contrebande. Ses résultats sont très significatifs dès son lancement. Conjointement, nous observons une augmentation considérable du nombre de saisies effectuées dans la province. Il faudra donc être vigilant avec ces chiffres, mais qui me permettront de réfléchir plus largement sur le fonctionnement de la justice en situation coloniale.

2) Les affaires judiciaires

Parallèlement à ces registres, nous avons certaines affaires pour lesquelles nous possédons l’ensemble des papiers produits par l’administration judiciaire. Du procès-verbal au jugement final,  en passant par les assignations, les pièces à conviction, etc., j’ai la possibilité de suive l’ensemble du déroulé de chaque affaire. Malheureusement, seules certaines années sont disponibles. Ces dossiers ne couvrent pas l’ensemble de la période d’activité du Tribunal de Paix de Lào Cai, mais restent tout de même assez nombreux pour dégager des évolutions majeures en matière de justice à Lào Cai.

Le fonds de la Compagnie française des Chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan

Pour finir mes travaux de recherches au centre n°1, et après avoir consulté l’ensemble du fonds de la Résidence de Lào Cai, j’ai choisi de me pencher sur le cas de la contrebande par le chemin de fer, qui au vu des sources consultées dans le fonds précédent, s’intensifie considérablement par cette voie, en impliquant beaucoup de personnels de la Compagnie.

Il existe 6 cartons seulement qui concernent la contrebande par le Chemin de fer. Mais j’avais vu juste ! Par chance, ils sont très épais et denses. En fait, tout ce que la Compagnie a produit en la matière se retrouve dans ces cartons, riches de diverses affaires très éloignées entre elles.

Outre les affaires classiques de contrebande de l’opium, deux sources majeures ont attiré mon attention. D’une part, de nombreuses listes d’affaires de contrebande d’opium par le train sont produites, sur plusieurs années, avec les procédés utilisés, et les auteurs, souvent agents de la Compagnie. Ceux-là, justement, s’avèrent être très nombreux au point de mettre parfois à mal le bon fonctionnement de la circulation des trains ! Des retards d’abord, mais aussi des problèmes de sécurité en raison de l’utilisation des freins pour dissimuler la drogue. D’autre part, en septembre 1930 s’est déroulée une conférence entre les services des Douanes & Régies et la Compagnie. L’objet de cette réunion était de faciliter les relations entre les services et d’œuvrer conjointement contre la contrebande de l’opium par le chemin de fer. Elle conclut sur des mesures majeures facilitant la répression par tous les agents des deux services dans les trains. Or, celle-ci se déroule assez tardivement au vu de l’importance du problème. Cette conférence illustre de véritables problèmes de concertations, de conflits même, entre les administrations, ce qui met considérablement à mal l’œuvre de répression.

Je n’ai présenté ici qu’un très bref résumé de mes nombreuses découvertes au Centre n°1 des Archives Nationales de Hà Nội. Par chance pour moi, cette question de la contrebande de l’opium par le chemin de fer passant par Lào Cai n’a (à ma connaissance) jamais été traitée par l’historiographie, de même que le fonds de la Résidence de Lào Cai et de presque toutes mes sources issues du fonds de la RST…

J’aurai l’occasion de faire part d’une partie de ces petites découvertes lors du colloque Fraudes, Frontières et Territoires, qui se déroulera les 22 et 23 novembre 2017 au Ministère de l’Économie, et dont je vous parlerai très prochainement à l’occasion d’un prochain billet !

*Philippe Robert, Les comptes du crime, 1985. Voir aussi : Bénédicte BRUNET-LA RUCHE, ”Crime et châtiment aux colonies” : poursuivre, juger, sanctionner au Dahomey de 1894 à 1945, Thèse d’Histoire dirigée par Sophie Dulucq, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2013. Merci Johann Grémont pour toutes ces références 😉

Lào Cai // Intermède

Ce week end, je me suis rendu pour la première fois de mon séjour à Lào Cai. Quelle curieuse impression de connaître nombre d’histoires qui se sont produites dans cette petite ville ! Ce fut particulièrement étrange pour moi de parcourir les rues et d’en connaître les anciens noms, de repérer les emplacements des anciens bâtiments, dont il ne reste plus rien aujourd’hui, mais surtout, de me souvenir de petites histoires anecdotiques de contrebande d’opium à des places qui me sont aujourd’hui bien connues.

Cependant, je ressentis une certaine amertume, moi qui imaginait l’effervescence commerciale décrite dans les sources et illustrée par quelques photographies du début du XXe siècle. Aujourd’hui — peut-être parce que je suis venu un dimanche — je n’ai pas retrouvé cette énergie, cette vivacité de la ville dont la signification du nom lui-même est marquée par cette histoire commerciale. « Lào Cai » n’était pas le nom donné par les vietnamiens, qui nommaient la bourgade « Bảo Thắng », mais celui donné par les marchands chinois, qui lui ont donné le nom de Lào Cai (老街), qui signifie en mandarin « vieux marché ». Ce nom a été repris par les Français dès leur arrivée en 1886, c’est dire si l’histoire de la ville est marquée par cette effervescence commerciale !

L’emplacement de la ville n’y était sans doute pas pour rien. Lào Cai est en effet situé à la lisière du territoire vietnamien, en frontière directe avec la Chine. La ville présentait alors le caractère paradoxal de ville frontière, à la fois à la marge du pays, mais en même temps au cœur d’un immense réseau d’échanges et d’un maelström culturel, un carrefour et un lieu de rencontres. Elle est traversée par le Fleuve Rouge ou Sông Hồng, en liaison directe avec Hà Nội et le coeur du Yunnan chinois. Le fleuve est rejoint par l’affluent du Nam Ti, qui trace la frontière avec la Chine. Lào Cai se situe exactement à cet emplacement, qui constituait une étape pour l’ensemble des embarcations qui prenaient la voie fluviale dans un but commercial. Mais Lào Cai constituait aussi une étape pour les caravanes terrestres venant du Yunnan. Et le chemin de fer du Yunnan construit au début des années 1900 a contribué à intensifier davantage encore les échanges par Lào Cai.

Cette position a très rapidement été choisie par l’Administration pour intercepter le commerce, notamment celui de l’opium, dont la production au Yunnan voisin était alors en plein essor. Lors de la mise en place de la Régie directe en 1893, il s’agissait alors de se fournir en opium chinois, d’assez bonne qualité, et moins cher que l’opium de Bénarès (Inde). Une maison de commerce fut donc installée à Lào Cai dès 1894 afin d’intercepter l’opium se présentant à la frontière. Le commissionnaire Alcide Bleton bénéficiait de l’exploitation et de la gestion des entrepôts ainsi installés afin d’acheter l’opium du Yunnan, pour le compte de la Régie. Je vais vous épargner l’histoire de ce personnage — ma foi passionnante —, mais pour être bref, il n’a pas facilité les opérations du monopole en Indochine car il a immobilisé les transactions commerciales avec les tenants du commerce de l’opium au Yunnan. Les conséquences ont été que les tarifs d’achats de l’opium ont augmenté et la contrebande frontalière s’est intensifiée.

La différence des tarifs pratiqués de part et d’autre de la frontière en matière d’opium a entrainé assez logiquement les tenants du commerce de l’opium en Chine à se tourner vers leurs réseaux de distribution existants bien avant l’arrivée des Français. Les Chinois avaient alors la mainmise sur la production, sur la transformation de l’opium, sur le transport par des contrebandiers, eux aussi chinois, et enfin la vente et la consommation par et pour des Chinois, avec de sérieux bénéfices aux dépens de la Régie.

La ville de Lào Cai, en dépit d’une présence douanière forte dans le centre urbain, a été le théâtre de cette contrebande. Certains lieux sont ainsi porteurs de formidables histoires de fraude en matière d’opium, à l’instar de la gare de Lào Cai, ou du pont du Nam-Ti construit au début du XXe siècle entre autres. Ce pont permettait de faciliter les échanges avec le voisin chinois ; il supportait alors le chemin de fer Yunnan. Un poste de douanes a donc très logiquement été placé juste à l’entrée du pont, afin de contrôler les allées et venues. Le pont a été détruit à plusieurs reprises, mais l’emplacement est resté le même jusqu’à aujourd’hui. Je vous présente ci-dessous deux photographies de cet emplacement, l’une datant de 1906, au moment où la construction de la voie de chemin de fer s’achève à Lào Cai ; et l’autre que j’ai prise moi-même ce dimanche…

Edgard Imbert, La ville de Lao Kay au début du XXe siècle, ECPAD.

TC, Lào Cai, 2017.

Je pourrais vous raconter nombre d’anecdotes en matière de contrebande par ce point de passage, en dépit de la présence des douaniers. Aussi, j’ai choisi de n’en raconter qu’une seule, mais assez distrayante !

Je vous retranscris ci-dessous un extrait du procès-verbal dressé contre une femme le 23 juillet 1922 : « Certifions que ce jours à cinq heures quarante cinq minutes à l’ouverture du pont, la visiteuse Trân thi Thôn [numéro de matricule] 9363 de service au pont, fit entrer à la salle de visite une femme chinoise venant de Ho-Kéou* (Chine), procéda sur elle à une visite corporelle qui resta sans résultat. Cette femme en entrant dans la salle de visite, tenait à la main un grand chapeau chinois en écorce et appuya ce chapeau contre la banquette, avons pris ce chapeau, le trouvant très lourd, avons fait enlever la coiffe intérieur et avons trouvé trois boyaux contenant de l’opium préparé. Pesé l’opium en présence de la délinquante avons reconnu un poids net de Un kilo cinq cents grammes.

Interrogée la délinquante sur la provenance de l’opium préparé, trouvé dans son chapeau, elle nous dit être venue à Ho Kéou pour chercher un emploi, n’en ayant pas trouvé, elle se disposait à retourner à Hali (Haïphong) d’où elle venait, lorsqu’une femme chinoise vint la trouver et lui demanda si elle était consentante de porter jusqu’à Haïphong, un chapeau chinois en écorces dans lequel, elle avait cachée de l’opium préparé et quelle [sic] même se rendait à Haiphong et à leur arrivée, elle lui donnerait quelques piastres pour l’indemniser, nous lui avons demandé qui était cette femme qui se servait d’elle pour le transport de l’opium elle nous dit ne pas la connaître et qu’elle ignorait à qui l’opium était destiné […]**. »

J’ai eu la chance de pouvoir lire un nombre assez important d’histoires de ce type, provenant du fonds de la Résidence de Lào Cai. Je vous passe l’analyse de cette source merveilleuse mais elle pose évidemment un certain nombre de questions, comme le fait qu’il semble davantage s’agir d’une « mule » qu’une réelle trafiquante, qui ne semble pas connaître réellement ni l’expéditeur de la drogue, ni le destinataire, et qui bénéficie d’un salaire pour ce transport. Ensuite, la date du procès-verbal, qui démontre bien que la fraude est très loin d’être éradiquée par l’Administration, étant donné qu’il existe de nombreux cas similaires. De plus, le contexte de la Guerre civile en Chine a à ce moment là considérablement relancé la production de l’opium au Yunnan, et l’action énergique du Gouvernement de Chen Jiongming au Guangdong sur le plan de la répression du trafic et de la consommation***, a entrainé un redéploiement de la contrebande par la frontière avec le Tonkin. Enfin, il ne faut pas écarter le fait que la jeune femme aurait très bien pu passer entre les mailles du filet de par sa stratégie évoluée de dissimulation de la drogue, et qu’il existe certainement un nombre plus important de contrebandiers passant par le pont, que ceux qui sont réellement appréhendés par les douaniers… En bref, autant de problèmes qui me permettent de progresser dans ma réflexion. Je suis ouvert à toute suggestion si vous pensez à d’autres aspects que je n’ai pas abordé !

Ce passage à Lào Cai m’a enfin permis de me rendre véritablement compte des possibilités en matière de contrebande, notamment l’accès aux berges le long de la rivière Nam-Ti, par lesquelles nombre de cargaisons illégales ont été débarquées, sans parler des montagnes très densément boisées aux abords de la rivière et de la ville, qui permettaient aisément de se cacher des autorités…

*Il s’agit de la ville située directement en face de Lào Cai, que l’on rejoint par le pont.

**Archives Nationales du Việt Nam, Fonds de la Résidence de Lào Cai.

***À ce sujet, voir Xavier Paulès, Histoire d’une drogue en sursis, L’opium à Canton, 1906-1936, Paris, éditions EHESS, 2010.

Hà Nội // Chapitre premier

En guise de chapitre premier, j’aimerais vous parler de mes premières découvertes lors de mon séjour au Việt Nam…

J’ai choisi de commencer mes travaux à Hà Nội par un passage à la Bibliothèque Nationale du Việt Nam, dans ce grand bâtiment d’architecture coloniale construit en 1917. Par chance, j’ai pu consulter assez rapidement les quelques documents qui m’intéressaient. La bibliothèque contient un nombre important d’ouvrages en vietnamien, et en anglais ; mais il faut savoir, amis chercheurs, qu’il s’y trouvent de nombreux documents d’époque coloniale qui sont restés dans les fonds de la bibliothèque.

À ce titre, j’ai pris connaissance de deux notices de renseignements généraux sur la province de Lào Cai. La contrebande de l’opium que j’étudie s’inscrit avant tout dans un territoire qui lui est propre, souvent frontalier. J’ai choisi la province de Lào Cai car elle offre un observatoire privilégié de ce phénomène. Les deux notices datent respectivement de 1928 et 1930. L’auteur n’est pas précisé, mais l’objectif est d’informer les administrateurs sur l’histoire et les potentialités économique de la province, mais aussi de faire un inventaire de l’ensemble des espaces, et des populations qui l’habitent, afin de mieux comprendre la région pour mieux l’administrer. L’occupation de la province et le début effectif de son administration date pourtant de 1886, il parait donc curieux que de telles notices soient commandées si tardivement. En fait, si l’on s’intéresse de plus près à l’histoire politique de cette marche frontière, l’on se rend rapidement compte que le contrôle effectif du pouvoir colonial est relativement faible. Mis à part le chef-lieu, l’ensemble de la province reste difficile d’accès, notamment en raison du relief important. Du coup, l’administration a rencontré de nombreux problèmes, telles que le banditisme transfrontalier chronique, les reflux des événements politiques du voisin chinois, mais aussi la contrebande, entre autres.

En matière d’opium, la contrebande transfrontalière est plus active que jamais en 1930, en dépit des nombreux efforts engagés par le Gouvernement Général et l’Administration des Douanes et Régies pour réprimer activement la fraude. La culture du pavot en Chine, que le Gouvernement de Nankin a déclaré officiellement ne plus être pratiqué sur le territoire chinois, « est et demeurera longtemps, car il n’existera pas de sitôt de gouvernement local assez fort pour l’interdire, la principale source de revenus du Yunnan »*. Le Tonkin offrant un débouché commercial et un point de passage plus pratique pour les trafiquants, la contrebande s’écoule donc par la frontière vers le delta du Fleuve Rouge. Mais cela arrange aussi l’Administration qui peut alors justifier des achats d’opium chinois afin de concurrencer la contrebande — en dépit des Accords internationaux de Genève de 1926 — et d’assurer un des piliers économiques du Gouvernement Général.

He Junchang

Les notices étaient également particulièrement intéressantes pour moi concernant l’avant-présence française à Lào Cai, puisqu’elles apportent des éléments concernant un certain He Junchang, ou Ho-Quan-Xuong. Dans un contexte de révoltes dans la région de Lào Cai au début des années 1860 et sur lequel le gouvernement impérial n’avait aucun contrôle, ce commerçant chinois s’est imposé comme Chef de la province, et a tenté de garder le commerce de « l’opium du Yunnan fluide et rentable », pour reprendre les termes de l’historien Bradley C. Davis**. Il a alors mis en place une milice privée et recruté des hommes parmi les communautés Tai dans les collines alentours de Lào Cai. Il a aussi fait construire une importante muraille en pisé avec des blockhaus. Il permit ainsi au commerce de l’opium de continuer à prospérer ; et en retour, il prélevait une taxe qui lui permettait de financer son armée privée. Déjà à ce moment l’opium jouait un rôle essentiel pour Lào Cai.

Je publierai prochainement un état des lieux sur le Fonds d’Archives de la Résidence de Lào Cai — particulièrement riche — consultable au Centre n°1 des Archives Nationales à Hà Nội, qui ne contient pratiquement que des cartons se rapportants aux jugements criminels prononcés par les trois Tribunaux de la Province de Lào Cai. De plus, ces jugements ne concernent essentiellement que des affaires de contrebande de l’opium… une aubaine !

*National Library of Viet Nam, M10360, Notice sur la province de Lao-Kay, 1930.

** Bradley C. DAVIS, Imperial Bandits. Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Seattle et Londres, University of Washington Press, 2017.

Chers tous, bienvenue !

L’idée de tenir un petit blog émerge alors que je suis actuellement en voyage pour deux mois au Việt Nam pour effectuer mes travaux de recherches, essentiellement au centre n°1 des archives nationales à Hà Nội. De nouvelles idées et hypothèses surviennent alors, au fur et à mesure de la lecture et de l’analyse des archives mises au jour.

D’ordinaire, comme j’ai pu le faire durant ma première année de Master, je discute de l’avancée de mon travail assez régulièrement avec mes proches collègues du master ou doctorants.

Mais là, en étant seul au bout du monde, quasiment seul lecteur des archives (nous sommes à peine deux ou trois depuis mon arrivée !), je me rends compte à quel point la recherche, c’est aussi une expérience humaine, un partage de compétences, d’expériences, et de savoirs. Je me rends compte à quel point tous vos conseils et suggestions me sont précieux pour avancer. Les nombreuses discussions que nous avons eues cette année me manquent… c’est pourquoi je me lance !

J’aimais l’idée de tenir un carnet un peu moins formel que dans le milieu universitaire, mais qui répond tout de même aux exigences de la recherche en histoire. À ce propos, merci Sara Legrandjacques pour m’avoir inspiré 😉 Commencer à tenir un petit blog peut donc être pour moi un moyen de rester en lien avec mes proches collègues, mais aussi ceux qui souhaitent suivre l’avancée de mes travaux, et surtout continuer à me faire profiter de leurs précieux conseils et expériences…

Donc voilà, en espérant que vous prendrez plaisir à me lire !